home
inscription
gauche
droite
Reset
menu

 

forum

Forum Vide

 

stats
En ce moment:
0 membre
1 visiteur
17 visites aujourd’hui

17 631 visiteurs
depuis le 11/11/2012

 

Football
image
Président : HENAULT Christian
30 rue Jeanne Hachette
37700 La Ville Aux Dames

Tel : 02.47.44.38.91
Portable : 06.29.67.14.42

E-mail : email anti-spam

Site Internet :
https://www.facebook.com/aspo.tours?fref=ts

La petite histoire de l'ASPO Football :

L'historique qui vous est présenté ci dessous est un premier travail de recensement. Ce travail est un peu brut et reprend les informations importantes qui ont marquées l'histoire de l'ASPO.
Les informations actuelles s'arrêtent en 1982 et seront mises à jour au fur et à mesure de l'avancée des travaux. Cette page sera mise à jour en conséquence.
Merci à son rédacteur, Thibault Roy, pour ce travail.


Football Association
1913



A ses débuts, la section partage son terrain avec le rugby. La cohabitation se maintiendra en dehors des mises en sommeil vécues par chacune des sections

1915 :

- 26 avril : la saison étant trop avancée, décision de reprendre les acticités au mois de septembre


1919 :

- Le 24 janvier, demande 5 maillots. Annonce un match contre le PO Angoulême.
- Le 6 octobre, la section demande son affiliation à la FFFA (fondée en 1919 ancêtre de la FFF, présidée par Jules Rimet), pour lui permettre de jouer contre les équipes affiliées. Acceptée.


1923 :

- Le 7 juin, le Club Athlétique de la Société Générale de Bordeaux propose un match avec son équipe première. « Nos équipes n’étant pas de cette force il est décidé de ne pas donner suite. »
- En octobre, demande d’un « bois »
- Le 16 novembre, demande un crédit pour un déplacement à Angers. La caisse ne permet pas de donner satisfaction. (la section recevra finalement plus que demandé au départ, après le match).

1924 :

- En janvier, déplacement à Château-du-Loir, l’équipe 2 « aura son déjeuner payé ».
- Semble une des sections les plus actives : à Nantes en février, à Angoulême au mois de mars pour le début du challenge PO.
- Le 14 décembre, match contre l’ASC Châteauroux (qui fusionnera en 1935 pour devenir La Berrichonne)

1926 :

- Le 24 novembre : pratique le challenge PO et le championnat de Touraine

1927 :

- En avril, remporte le challenge direction PO
- Redémarre saison 27-28 en championnat de Promotion
1928 :

- Affiliation de l’ASPO à la 3F en avril

1930 :

- Le 19 avril, décision de remplacer l’ancien terrain par un espace proposé par la Compagnie et situé à Saint-François (vers le centre commercial La Riche Soleil actuel)
- Le 7 mai, on apprend que Tours s’apprête à disputer la finale du championnat PO à Angoulême face à ASPO Bordeaux
- Le 3 juillet, on apprend que l’ASPO finit 1ère du championnat de promotion
- On parle désormais de football, et non plus seulement d’association
- Le 5 novembre : autorisation d’un concert donné pour le foot le 26 novembre, qui prend la responsabilité d’un déficit éventuel
- Le 12 novembre, question de la mise à disposition du stade de Grammont étudiée
- Le 26 novembre, concert au cinéma Cassius
- Le match du challenge ASPO Tours-Orléans se déroule le 30 novembre au stade de Grammont
- Le 12 décembre, on apprend que l’obtention de Grammont est en cours

1931 :

- Le 11 mars, on apprend que l’ASPO accède à la division d’honneur de la Ligue du Centre

1936 :

- Le 12 février : on ne parle désormais plus de l’aménagement du terrain de Saint-François, mais de celui de Saint-Côme
- Le 11 mars, on évoque de nouveau le terrain de Saint-François, dont on apprend qu’il n’est toujours pas homologué : « pour obtenir l’homologation il faut la clôture complète, une main courante, et des vestiaires. »

1938 :

- Le 9 février, on évoque toujours les aménagements (eau) du « nouveau terrain » de Saint-François. Une pompe est obtenue peu de temps après
- A l’AG, le Président Védrenne « souhaite un redressement au football pour qu’il soit classé comme dans le passé. »

1941 :

- Malgré la situation, on apprend le 19 mars que la section suit une « marche normale », s’apprêtant à jouer contre le Racing Club de Paris, « réserve pro » et les Girondins de Bordeaux
- En juin, on apprend que la clôture de Saint-François est toujours en attente

1942 :

- Le 11 mars, on apprend que le foot joue la plupart du temps au Vélodrome, dont on « ne disposera pas toujours », et l’on demande la création d’un stade, sans aucune mention de Saint-François
- Organise en décembre un match au Vélodrome au profit des prisonniers

1943 :

- En février, on déclare la construction d’un stade cheminot « indispensable », d’autant que « les grosses sommes que cette section (football) donne au Vélodrome dont ils dont les locataires, reviendraient en entier à l’ASPO et pourraient servir pour la bonne marche des sections les plus pauvres » (Cf Histoire Générale) dont l’athlétisme
- Le 12 mai, le foot abandonne une partie de sa subvention au profit de l’athlétisme, qui reçoit plus de subventions, « ne faisant que très peu de recettes »

1944 :

- Le 4 octobre : reprise récente de l’activité, 80 licenciés. On reparle de Saint-François et de ses aménagements.
- Le même jour, on apprend la création d’une école de football, le jeudi, (qui était jusqu’en 1972 le jour de repos scolaire)
- En décembre, le football offre de nouveau la moitié de sa subvention à l’athlé

1945 :

- Jouera pour la saison 1945-1946 en Division d’Excellence
- Fin 1945, on demande toujours des réparations d’urgence à Saint-François

1946 :

- Pas de représentant de la section à l’AG du 22 novembre. On note un « net redressement » malgré des « difficultés »

1947 :

- En février, on annonce une situation financière difficile, avec projet de fusion avec Château-Renault
- En avril, on mentionne l’absence depuis quelques temps des dirigeants de la section aux réunions
- En mai, toujours pas de dirigeant à la réunion du CD
- On apprend en juin que l’entente avec Château-Renault n’a pas fonctionné
- Suite à l’échec de l’entente, la section forme un nouveau bureau en juillet
- A l’AG du 22 novembre : « forte crise, qui heureusement est surmontée maintenant », « espère remonter en division supérieure l’année prochaine », 50 licenciés
- La section joue toujours au Vélodrome à ce moment. On demande de ne pas laisser Saint-François en ruine, si besoin

1948 :

- En octobre, on apprend la démission du bureau de la section. 30000 Francs de dettes (pour 3000 de subventions prévus pour l’année. Création d’une commission de contrôle des dettes

1949 :

- En mai, le projet est fait de garder les équipements, prévus au départ pour rembourser les dettes, et qui pourraient être réutilisés en vue de la reformation de la section une fois le terrain du sanitas terminé

1950 :

- A l’AG de janvier, on annonce que la livraison du terrain bientôt actée, on reformera la section
- En mai, le stade basket du Sanitas est inauguré, mais pas le terrain de football

1951 :

- En juin, on évoque une future refondation de la section, avec possibilités de fusion, le terrain du Sanitas n’est toujours pas prêt
- En juillet, on apprend que trois équipes sont formées

1952 :

- En mars, le terrain ne semble toujours pas disponible
- En juin, la section est championne SNCF du sud-ouest, et monte en championnat régional
- A l’AG de juillet : « Excellents résultats pour une première année », « monte en 2ème division et va en finale du challenge sud-ouest, qu’elle gagne par forfait d’Orléans ».

1954 :

- En juin, vainqueur du championnat Sud-Ouest face à Périgueux

1955 :

- En mai, « Termine une belle saison, monte en 1ère division l’année prochaine. » Finaliste du challenge sud-ouest le 2 juin à Tours face à Toulouse

1956 :

- En janvier, « Résultats encourageants. L’Equipe 1ère est en tête du classement de sa poule. »

1957 :

- En juin, subvention de 100000 F pour le foot par le biais de la préfecture « en compensation de la perte du terrain du Sanitas », sans doute à cause de la construction du quartier
- En août, on apprend que 4 équipes seront engagées en championnat, « situation normale au point de vue des effectifs »

1958 :

- On apprend en février que le club est de nouveau dans « une situation difficile au point de vue trésorerie (...), où ils sont menacés de ne pouvoir terminer les championnats. »
- Une subvention exceptionnelle est accordée, pendant que la boxe propose un prêt d’honneur avec remboursement sans délai.
- En juin, à propos de la section « n’ayant plus de terrain pour le moment il est décidé de mettre celle-ci en sommeil, tout en continuant à payer l’affiliation à la Fédération. »
- Le 26 juin, une réunion extraordinaire a pour objet la fusion de la section foot avec celle du CEST : « il ressort qu’il est impossible à une section de l’ASPO de faire fusion avec qui que ce soit puisque le nom de la société est engagé. »
- La mise en sommeil est confirmée, mais on garde l’affiliation à la Fédération

1961 :

- A l’AG de décembre, on confirme une volonté de faire renaître la section, avec un terrain qui serait situé à Saint-Pierre.

1962 :

- A l’AG de décembre, on confirme que la section est toujours en sommeil
- On note également qu’un terrain de football est en construction à Saint-Pierre

1963 :

- En juin, on reparle de la création d’une section de football

1965 :

- On évoque un match prévu en septembre entre ASPO et SCPO. Une subvention est versée à la section en 1965, alors qu’elle n’existe pas en 1964, ce qui semble confirmer le redémarrage de la section pour la saison 1965-1966

1966 :

- En février, « les représentants (...) nous informent qu’ils envisagent l’organisation d’une grande fête sur le stade de Saint-Pierre avec la participation d’une équipe allemande. »

1968 :

- On parle en mai du nettoyage du terrain situé « sous le pont »
- Le terrain semble être partagé avec le TEC, ce qui ne va pas sans poser des problèmes

1969 :

- En octobre, « Monsieur Hubé souligne les difficultés à tenir les installations du stade en bon état ; la présence d’étrangers à l’ASPO en est la cause. »
- « Monsieur Courtin (...), membre de la section de football, veut bien dans la mesure du possible assurer une surveillance de nos installations, on pourrait le dédommager pour ce service. »
- Cette surveillance est actée en novembre, avec « une petite indemnité »

1972 :

- la section est active, en témoigne sa victoire par 2 à 0 face à Etampes en challenge sud-ouest

1973 :

- la section remporte au printemps le challenge sud-ouest, battant le TCMS Toulouse 5-1 en finale

1974 :

- en janvier, on apprend que la section est qualifiée pour les ¼ de finale du challenge SNCF, face au TCMS Toulouse
- On apprend pour la saison 1974-1975 la création d’une école de football. 4 équipes sont engagées par la section

1977 :

- En janvier, « section très active » avec 3 équipes seniors, 1 équipe de vétérans, une école de foot « fréquentée par une quarantaine de jeunes. »
- A l’AG de mars, on dit que la section est « cheminote à 95% », avec 3 équipes en championnat FSGT ainsi qu’une équipe vétéran et une école de foot
- L’équipe 1 remporte la Coupe Aurat (50 équipes), et des joueurs ont été sélectionnés en équipe régionale SNCF. 2 joueurs en Equipe de France SNCF
- En mars, la section est qualifiée pour les ½ finales du challenge sud-ouest, avec un joueur sélectionné pour l’équipe de France FSGT et deux autres pour France USCF
- Termine au mois de mai 1er ex-æquo du championnat régional FSGT, remportant la Coupe FSGT de la Ligue du Centre
- En septembre, Gérard Berthon est élu président de la section
- 147 licenciés pour la saison 77/78. Equipe 1 et équipe 2 sont premières de leur championnat respectif

1978 :

- En avril, un sélectionné pour l’équipe de France FSGT face au Portugal à Lisbonne
- L’équipe 1 finit 1ère du championnat régional FSGT
- L’équipe s’est déplacée à Karlsruhe du 19 au 22 mai, ou « une réception exceptionnelle (lui) a été réservée ».
- En septembre, devant faire un choix d’affiliation entre FFF et FSGT, la plupart des joueurs préfèrent jouer sous l’égide de la FSGT
- La section joue pendant quelques matchs au stade Honoré de Balzac, l’état du terrain des Epines étant difficile
- En décembre, on souligne de bons résultats, même si la section est handicapée par l’impossibilité d’utiliser son terrain des Epines

1979 :

- En avril, l’équipe 1 est éliminée en ¼ de finale de la Coupe de France FSGT, mais reste qualifiée pour les ½ finales de la Coupe du Centre
- Finaliste de la Coupe du Centre face à Bourges, et finale du sud-ouest le 30 mai à Angoulême
- « L’école de foot fonctionne très bien, mais nous déplorons le départ au FC Tours du jeune Garcia. »

1980 :

- A l’AG de janvier, 127 licenciés en 7 équipes, uniquement en championnat corporatiste
- Victoire en Coupe du Centre FSGT, finale du challenge SNCF sud-ouest, en 1/8 de la coupe de France FSGT, 1/8 de la Coupe de France des entreprises
- Perd aux penalties face aux PTT de Nice en ¼ de finale de la Coupe de France FSGT
- 5 joueurs sélectionnés en équipe d’Indre-et-Loire, un joueur présélectionné en Equipe de France FSGT

1981 :

- résultats « légèrement inférieurs à ceux enregistrés la saison dernière ». Malgré cela, les benjamins-poussins sont en finale UFOLEP
- En mai, l’équipe est Championne d’Indre-et-Loire de Division d’Honneur
- En octobre, « rentrée de bonne valeur », 3 équipes senior, 1 vétéran, 3 équipes de jeunes
« A noter que plusieurs anciens joueurs sont passés dans les rangs des dirigeants : le fait est malheureusement assez rare pour être signalé. »

1982 :

- A l’AG de janvier, résultats « légèrement inférieurs »
- Quant à l’école de football : « son activité est toujours aussi grande et son effectif de plus en plus important
- Les deux équipes ASPO 1 et 2 se rencontrent en finale de la Coupe du centre FSGT, en avril, avec victoire de l’équipe 1
- 3 équipes seniors en course pour la saison 82/83
 
Bulldogdesign, créations graphiques
Les connectés : (0 membre - 1 visiteur - 17 visites aujourd’hui)